Et enfin il y a les imaginatifs, ceux qu’un rien d’envie ne fait rêver. Pour eux les pâtisseries c’est de la «bijouterie ». Ils les voient comme des aguicheuses, exposées dans leur habit de fête, dans l’attente d’être choisies pour défiler dans leur prochain dessert. Dans toutes sortes de tenues, vanille, fraise ou chocolat, fruitées, caramélisées ou au café, lorsqu’elles les regardent à travers la vitrine d’un œil alangui, il n’y a que les gourmands abattus par une journée sans poésie capables de leur résister. Pour tous les autres, leur compte est bon, ils vont craquer pour une religieuse ou un diplomate.  Dur – dur d’être gourmand !

 

 

objectif-l-une.com